Yo Coquelin, le goût de l’imaginaire

Médaillée d’Or de la section peinture du Salon 2016, Yo Coquelin sera de nouveau parmi nous cette année.

Résolument tournée vers l’une des époques les plus glorieuses de l’art, Yo Coquelin puise son inspiration et ses techniques picturales dans la Renaissance. Ils sont nombreux les éléments jonchant les toiles de ce peintre atypique. Ses œuvres sont à elles seules des mystères à résoudre. Empreintes de mythologie et de fantastique, c’est un bestiaire légendaire qui trouve sa place dans les toiles aux scènes surréalistes de l’artiste-peintre. Les êtres et les architectures sont métamorphosés pour créer des tableaux énigmatiques, au symbolisme exacerbé. Et nous voilà tout droit menés dans un conte de cape et d’épée.

 


En savoir +

Le site de l’artiste

La page Facebook

 

Partagez

Shun Kawakami, du végétal au digital

shun kawakami’s artbook – artless • photo yuu kawakami

 

Fondateur du studio artless.inc, Shun Kawakami franchit les barrières qui opposent encore en occident l’art et le commerce. Ce graphiste, designer et dessinateur est partout, il décline ses œuvres à l’infini, sur toiles bien sûr mais aussi pour la télévision, ou encore la publicité.

L’artiste est cette année invité par le Salon et réalisera une projection de plus de 17 mètres lors de l’événement.

Continuer la lecture de « Shun Kawakami, du végétal au digital »

Partagez

Chute le long de la ligne d’Emma Kadraoui

 

 

Emma Kadraoui, sera présente au Carrousel du Louvre du 7 au 10 décembre. Cela fait déjà quelques années que le Salon des Beaux Arts plébiscite cette jeune artiste qui a reçu la médaille de bronze en peinture lors de l’édition 2015.

Tantôt drôle, politiquement incorrecte ou tantôt grave, Emma Kadraoui utilise la ligne de façon incisive, impossible de se détourner de ses visages aux yeux ouverts, aux regards fermés. L’introspection prend une place presque prépondérante chez Emma Kadraoui, les rues sont vides, l’esquisse finie. Elle nous montre tout de ses êtres à part, de l’être au paraître, si les yeux sont les fenêtres de l’âme c’est par eux que le vertige nous saisi. Quand la couleur est là, elle est cependant jaillissante, elle tient le propos et soutient le trait. C’est dans le subtil jeu du caché-montré que l’artiste nous dévoile qui est l’autre, celui que nous sommes.


En savoir +

Le site de l’artiste

Partagez

Il était une fois Pablo Castillo…

 

Des contes visuels, voilà ce que façonne Pablo Castillo dans l’argile de ses œuvres.

Ce sculpteur de la figuration nous raconte ses fables picaresques pleines d’atypiques personnages, allant avec facétie vivre leurs aventures en compagnie d’animaux anthropomorphes, ou non. Dans ces groupes et duos, le meilleur ami de l’homme est bien souvent un éléphant, un perroquet ou un ours chevauché.

Un univers teinté de couleurs, un monde des possibles qui touche à la part de rêve sommeillant en chacun de nous.


En savoir +

Le site de l’artiste

La page Facebook

 

Partagez

Un monde épuré, par Kyriakos Kaziras

White symphonie

 

Le photographe grec des terres sauvages Kyriakos Kaziras nous révélera la pureté de son univers lors du Salon des Beaux Arts 2017.

Kyriakos Kaziras capture dans son objectif le silence et la majesté d’une Nature où chaque instant semble éternel. Des cercles polaires aux terres solaires de l’Afrique le temps semble suspendu en un absolu artistique. La faune sauvage ainsi saisie nous livre un peu de son essence, dans les regards échangés avec le photographe, dans l’intime d’une majesté sans fioriture.

L’approche picturale de l’artiste nous fait traverser une géographie toute particulière, un monde ouvert et vierge de toute présence humaine qui révèle la grandeur des paysages mais aussi celle des animaux : éléphants, félins, ou encore ours polaires, autant d’êtres qui nous apparaissent encore comme des intangibles titans. Dans l’œil de Kaziras, le monde nous offre son émotion toute singulière car parée de ce qui nous touche, la vie. 


En savoir +

Le site de l’artiste

La page Facebook

Partagez

Deux mains pour une œuvre

La fée des fauves.

Après avoir reçu la médaille d’argent en peinture lors de l’édition 2016, Argot et Vivès reviennent cette année nous exposer leurs travaux toujours dotés d’une énergie et d’une identité qui n’appartiennent qu’à eux.

Pléthorique, tel est l’univers qui nous est proposé par le duo d’artistes Argot et Vivès. Encre, acrylique, pastel, fusain ou encore peinture numérique sont autant de médiums qui nous permettent d’approcher des puissances qui semblent parfois nous échapper. Les influences sont mêlées, le spirituel incarné et nous sommes happés par la profondeur de ces compositions savamment orchestrées.


En savoir +

Le site de Luc Vivès et Christine Argot

 

Partagez

Sous l’écorce, la vie

    Princess and the frog, 2016

 

Le sculpteur finlandais Kaj Lindgård sera présent lors du Salon des Beaux Arts 2017, entrouvrant à cette occasion son monde teinté d’imaginaire.

Dans les corps et les courbes, Kaj Lindgård suscite l’Idée dans l’œil et l’émotion dans l’âme. Ce jeune artiste finlandais lie le bois et la vie en un réalisme malicieux. C’est l’humanité sereine qui se dresse dans le tilleul sculpté sous le burin, ses figures éthérées se manifestant dans la myriade de formes que lui intiment son imagination et son acuité.


En savoir +

La page Facebook de l’artiste

Le compte Instagram

Partagez

Paysages sous nuancier, une vision du Japon par Hidenobu Suzuki

The Silence of Enchantment II

C’est aux frontières de la fiction que l’artiste nous immerge dans la beauté crépusculaire de la nature japonaise.

Hidenobu Suzuki pratique ainsi son art de la Photographie Digitale dans un monde où le réel n’est plus la norme et dans lequel chaque instant saisi n’est qu’un souvenir cousu de ses impressions.

Encore une fois cette année, l’artiste nous livre sa perspective d’une nature intime et ajustée, aux tonalités choisies.


En savoir +

La page Facebook de l’artiste

Le compte Instagram

Partagez

Stanley Leroux emmène le Salon des Beaux Arts sur les îles subantarctiques

Rois des ténèbres

 

Stanley Leroux est un photographe de talent, spécialisé dans l’art animalier et de nature. Ces photographies, prises dans des milieux naturels reculés, ont de nombreuses fois été récompensées, notamment au Salon de la Photo 2016 ou au Concours International du Festival Nature Namur 2016.

Le Salon des Beaux Arts accueillera cette année ses œuvres sur les îles subantarctiques, fruit de quatre années de travail dans les mers australes.

L’œil du photographe capte ici la force et la sérénité de ce milieu où chaque instant est oxymore.

Site internet de l’artiste

www.stanleyleroux.com

Partagez