Les inscriptions pour le Salon des Beaux Arts 2018 sont ouvertes !

Venez participer à un Salon historique
au Carrousel du Louvre
du 13 au 16 décembre 2018.

Pourquoi exposer au Salon des Beaux Arts ?

  • Vos œuvres seront présentées dans des conditions muséales, mises en valeur par l’architecte de la Maison Cartier et du Musée Delacroix, Bruno Moinard, et seront sublimées par la société Magnum qui fait scintiller la Tour Eiffel.

 

  • Participer au Salon des Beaux Arts à l’instar de Delacroix, Rodin, Claudel, Matisse ou Zao Wou Ki, c’est avoir une chance d’être remarqué(e) par les collectionneurs présents chaque année.

 

  • C’est la possibilité de vendre vos œuvres sans frais et sans intermédiaire !

 

Pour obtenir le dossier de candidature connectez-vous sur notre site internet à cette rubrique et remplissez le formulaire dédié ou  envoyer un mail en indiquant vos coordonnées et votre site ou blog à : contact@salondesbeauxarts.com

Vous avez jusqu’au 9 septembre 2018 pour postuler, n’attendez plus !

Gauguin. Souvenirs de la Martinique au Salon des Beaux Arts

Photographie de Paul Gauguin, 1891

 

Nul besoin de présenter Paul Gauguin. Peintre majeur du XIXème siècle, mort aux îles Marquises en 1903, il est connu pour être le chef de file de nombreux mouvements tels que le symbolisme, le cloisonnisme ou le synthétisme.

Paul Gauguin : la soif du lointain

Gauguin qui a participé, de 1879 à 1886, aux cinq dernières expositions du groupe des impressionnistes, cherche une nouvelle façon d’exprimer son art. Il lisse sa peinture par des aplats de couleurs.

Continuer la lecture de « Gauguin. Souvenirs de la Martinique au Salon des Beaux Arts »

Léonard Tsugouharu Foujita, peintre de l’entre-deux-guerres

Jean Agélou, Foujita dans son atelier, 1923

 

A l’occasion de l’exposition du musée Maillol Foujita, peindre dans les années folles sur la période la plus prolifique de l’artiste franco-japonais lors de son premier séjour à Paris, retour sur le parcours de cet admirable associé de la Société Nationale des Beaux Arts.

Continuer la lecture de « Léonard Tsugouharu Foujita, peintre de l’entre-deux-guerres »

La Fondation Custodia, l’art du dessin

Augustus John, La tête farouche (autoportrait), 1906

 

La Fondation Custodia est une fondation dédiée à l’art du dessin, de l’estampe et de la calligraphie créée en 1947 par les époux Lugt. Elle se situe au 121 de la rue de Lille, dans le VIIe arrondissement de Paris ; la collection est établie dans l’Hôtel Turgot bâti en 1743. Frits Lugt est un autodidacte de l’histoire de l’art. Figure reconnue de cette discipline en Hollande par les professionnels –il est notamment l’auteur en 1921 du livre Les marques de collections de dessins et d’estampes— il reste encore peu connu en France.

Continuer la lecture de « La Fondation Custodia, l’art du dessin »

Kees van Dongen, un Hollandais au Salon des Beaux Arts

Les lutteuses du Tabarin, Van Dongen, 1907 – huile sur toile

 

Kees van Dongen a exposé à plusieurs reprises au Salon des Beaux Arts de la Société Nationale des Beaux Arts.

Sa première exposition au sein l’institution remonte à 1901. Il a alors vingt-quatre ans. Cela fait presque deux ans qu’il est installé à Paris, au Bateau-Lavoir, avec sa femme Juliana Augusta dite Guus. Le couple d’artistes est voisin de Picasso et de sa compagne, Fernande Olivier.

En 1901, le Salon des Beaux Arts prend place au Champ de Mars. Il y expose deux esquisses représentant son futur sujet de prédilection : la Parisienne.

Les membres de la Société Nationale des Beaux Arts avait fait vœu, dès la fondation du Salon, d’accueillir les artistes du monde entier, sans distinction. Kees Van Dongen a cependant la volonté de devenir un « peintre officiel  français ». C’est l’une des raisons pour lesquelles il peint de plus en plus de portraits représentant la « mondanité parisienne ». Des ministres aux personnalités littéraires en passant par les actrices, il dépeint à la manière « fauve » son quotidien dans la capitale française. Kees van Dongen sera naturalisé français en 1929. Il est l’un des rares artistes hollandais à avoir changé de nationalité.

En 1922, Kees van Dongen est nommé membre Sociétaire de la SNBA, ce qui témoigne de son lien pérenne avec le Salon.

Pierre Lafitte, Van Dongen, 1921

Cette année-là, il présente au Salon dans la section peinture le portrait de Pierre Lafitte, un éminent journaliste et éditeur. Les artistes du Salon des Beaux Arts fréquentent de nombreux chroniqueurs qui contribuent parfois à leur renommée. Pierre Lafitte est le fondateur de la Coupe Femina remise lors des compétitions féminines de golf et d’aviation. Il est  aussi, par extension, l’un des fondateurs du Prix Femina qu’il dirige conjointement avec les éditions Hachette à partir de 1904 : ce prix récompense sans différenciation de sexe (à la différence du Prix Goncourt à cette date) un écrivain ou une écrivaine pour son œuvre et est composé d’un jury exclusivement féminin.  Ce portrait réalisé à l’aquarelle et au crayon témoigne de la proximité des milieux du « tout Paris » intellectuel et mondain.

Kees van Dongen meurt en 1968. Il est considéré comme l’un des derniers peintres du fauvisme.

Une exposition, Van Dongen et le Bateau-Lavoir, lui est actuellement consacrée au Musée de Montmartre –à découvrir jusqu’au 26 août 2018. L’exposition reprend l’époque effervescente d’un Paris des arts, habité par Picasso et Modigliani.

Aujourd’hui encore, les ateliers du bateau-lavoir sont toujours investis par de nombreux artistes.

 


En savoir +

L’exposition Van Dongen au Bateau-Lavoir

 

Sources

Catalogues d’expositions du Salon des Beaux-Arts de la Société Nationale des Beaux Arts

Catalogue d’exposition, Van Dongen et le Bateau-Lavoir, Somogy édition d’Art, 2018, Paris

Catalogue d’exposition Les Hollandais à Paris 1789-1914, Edition Paris Musées, 2018, Paris

Le palmarès du Salon des Beaux Arts 2017 : un rond-point d’émotions

  • Clic sur l’image pour voir le diaporama en plein écran

Approchez-vous de chaque œuvre apparemment muette, et percevez sa musique intérieure, chanson douce ou violente, paisible ou provocante, secrète ou accueillante. Certaines réalisations plus discrètes, désirent une écoute singulièrement attentive.

 

Continuer la lecture de « Le palmarès du Salon des Beaux Arts 2017 : un rond-point d’émotions »