Abd Al Malik est le parrain de l’édition 2019 du Salon des Beaux Arts

Abd Al Malik, rappeur, poète, écrivain, metteur en scène, est notre parrain 2019. Au musée d’Orsay, cet artiste aux multiples facettes, s’est arrêté devant le Jeune Noir à l’épée, œuvre de Puvis de Chavannes, notre second président fondateur. Le regard du présent se pose sur le passé. Le Salon des Beaux Arts mixte l’histoire.

Michel King, président de la Société Nationale des Beaux Arts

 

Abd Al Malik est un rappeur, poète, romancier, essayiste, scénariste, metteur en scène et réalisateur français d’origine congolaise.

Né à Paris en 1975, il grandit dans une cité HLM à Strasbourg (Neuhof). Il est aujourd’hui l’un des artistes français les plus prolifiques et le seul artiste hip hop à avoir obtenu d’affilée quatre Victoires de la Musique pour chacun de ses albums solos.

En 2008, il est élu Artiste de l’année et nommé au grade de chevalier des Arts et des Lettres –il sera ensuite nommé officier en 2017. Il collabore régulièrement avec des artistes aussi différents que Juliette Gréco, Laurent Garnier, Chilly Gonzales ou encore Ahmad Jamal. En 2009, le magazine Jeune Afrique le désigne parmi « les 100 personnalités les plus importantes de la diaspora africaine ». Il obtient l’année suivante avec son deuxième ouvrage, La guerre des banlieues n’aura pas lieu, le Prix de littérature politique Edgar-Faure et adapte pour le cinéma son best-seller Qu’Allah bénisse la France ! qui obtiendra notamment deux nominations aux Césars (2015) et recevra au Festival de Toronto le Prix de la Critique Internationale (Prix FIPRESCI, 2014).

Il crée et met en scène au Grand Théâtre d’Aix en 2013, à la demande de Catherine Camus, L’Art & la Révolte (inspiré de L’Envers et l’Endroit), lors des commémorations du centenaire de la naissance d’Albert Camus. Il fera tourner ce spectacle protéiforme sans discontinuer pendant cinq ans dans les plus grands théâtres français.

Le Jeune Noir à l’épée

Jeune noir a l epee-Pierre Puvis de Chavannes-IMG 8127.JPG
Par Pierre Puvis de ChavannesRama, CC BY-SA 2.0 fr, Lien

Le Jeune Noir à l’épée est d’abord le titre d’une peinture de Pierre Puvis de Chavannes qui m’a bouleversé lorsque j’ai pris connaissance des œuvres de l’exposition Le modèle noir. Pour moi qui ambitionnais d’écrire un long poème, à ma manière, sur l’identité à l’ère de la mondialisation, à la croisée du langage poétique de Baudelaire et de la philosophie de Glissant, ce tableau fut pour moi une révélation. Parmi les autres toiles de maîtres du XIXe siècle que j’avais sous les yeux, comme des symboles de la construction d’un regard, de la création de l’Autre et d’un inconscient collectif racialisé, Jeune noir à l’épée, par sa singularité criante en termes de symbolisme et de représentation de la figure noire, me racontait émotionnellement une histoire qui s’inscrivait dans le monde de pauvreté et de béton que j’avais connu toute ma vie. C’est donc tout naturellement que se mit à s’exprimer sous ma plume, propulsé à notre époque, ce jeune noir, à peine sorti de prison, dans sa cité HLM. 

Abd Al Malik, texte à lire sur www.musee-orsay.fr

 

Abd Al Malik sera en dédicace au Salon des Beaux Arts
A l’occasion de l’exposition « Le modèle noir, de Géricault à Matisse », le musée d’Orsay a invité Abd Al Malik en avril 2019. Le poète, rappeur, slameur et essayiste y a présenté un spectacle conçu avec le chorégraphe burkinabé Salia Sanou et produit par Décibels Productions en partenariat avec le Théâtre de la ville. De cette rencontre est né un livre, accompagné d’un CD, coédité par Présence Africaine, le musée d’Orsay et Flammarion, qu’Adb Al Malik dédicacera au Salon des Beaux Arts le 12 décembre 2019.
Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.