Les inscriptions pour le Salon des Beaux Arts 2018 sont ouvertes !

Venez participer à un Salon historique
au Carrousel du Louvre
du 13 au 16 décembre 2018.

Pourquoi exposer au Salon des Beaux Arts ?

  • Vos œuvres seront présentées dans des conditions muséales, mises en valeur par l’architecte de la Maison Cartier et du Musée Delacroix, Bruno Moinard, et seront sublimées par la société Magnum qui fait scintiller la Tour Eiffel.

 

  • Participer au Salon des Beaux Arts à l’instar de Delacroix, Rodin, Claudel, Matisse ou Zao Wou Ki, c’est avoir une chance d’être remarqué(e) par les collectionneurs présents chaque année.

 

  • C’est la possibilité de vendre vos œuvres sans frais et sans intermédiaire !

 

Pour obtenir le dossier de candidature connectez-vous sur notre site internet ou  envoyer un mail en indiquant vos coordonnées et votre site ou blog à : contact@salondesbeauxarts.com

Vous avez jusqu’au 9 septembre 2018 pour postuler, n’attendez plus !

Gauguin. Souvenirs de la Martinique au Salon des Beaux Arts

Photographie de Paul Gauguin, 1891

 

Nul besoin de présenter Paul Gauguin. Peintre majeur du XIXème siècle, mort aux îles Marquises en 1903, il est connu pour être le chef de file de nombreux mouvements tels que le symbolisme, le cloisonnisme ou le synthétisme.

Paul Gauguin : la soif du lointain

Gauguin qui a participé, de 1879 à 1886, aux cinq dernières expositions du groupe des impressionnistes, cherche une nouvelle façon d’exprimer son art. Il lisse sa peinture par des aplats de couleurs.

Continuer la lecture de « Gauguin. Souvenirs de la Martinique au Salon des Beaux Arts »

Léonard Tsugouharu Foujita, peintre de l’entre-deux-guerres

Jean Agélou, Foujita dans son atelier, 1923

 

A l’occasion de l’exposition du musée Maillol Foujita, peindre dans les années folles sur la période la plus prolifique de l’artiste franco-japonais lors de son premier séjour à Paris, retour sur le parcours de cet admirable associé de la Société Nationale des Beaux Arts.

Continuer la lecture de « Léonard Tsugouharu Foujita, peintre de l’entre-deux-guerres »

La Fondation Custodia, l’art du dessin

Augustus John, La tête farouche (autoportrait), 1906

 

La Fondation Custodia est une fondation dédiée à l’art du dessin, de l’estampe et de la calligraphie créée en 1947 par les époux Lugt. Elle se situe au 121 de la rue de Lille, dans le VIIe arrondissement de Paris ; la collection est établie dans l’Hôtel Turgot bâti en 1743. Frits Lugt est un autodidacte de l’histoire de l’art. Figure reconnue de cette discipline en Hollande par les professionnels –il est notamment l’auteur en 1921 du livre Les marques de collections de dessins et d’estampes— il reste encore peu connu en France.

Continuer la lecture de « La Fondation Custodia, l’art du dessin »

Kees van Dongen, un Hollandais au Salon des Beaux Arts

Les lutteuses du Tabarin, Van Dongen, 1907

 

Kees van Dongen fait partie de ces artistes anarchistes qui ont arpenté les sentiers de la Nationale dissidente.

Dès 1901 alors qu’il n’a que vingt-quatre ans et qu’il arrive des Pays-Bas, il expose au Salon des Beaux Arts qui prend alors place au Champs de Mars. Il y exposera deux esquisses laissant présager de ce qui sera son marronnier : la parisienne.

Pierre Lafitte, Van Dongen, 1921

En 1922, il devient Sociétaire de la Société Nationale des Beaux Arts participant de ce fait à l’ouverture et à la perméabilité des frontières artistiques qu’elle prônait depuis sa fondation. La même année il expose au Salon dans la section peinture son portrait de Pierre Lafitte, journaliste et éditeur, fondateur de la Coupe Femina (remise lors des compétitions d’aviatrices mais aussi de golfeuses professionnelles) et du prix Femina dirigé conjointement avec les éditions Hachette, composé d’un jury exclusivement féminin récompensant chaque année un écrivain sans différenciation de sexe, en opposition au prix Goncourt qui lors de sa création ne récompensait que des auteurs masculins.

Une exposition lui est actuellement dévolue au Musée de Montmartre, Van Dongen et le Bateau-Lavoir, à découvrir du 16 février au 26 août 2018. L’exposition reprend l’époque effervescente d’un Paris des arts, habité par Picasso et Modigliani. Aujourd’hui encore, les ateliers du bateau-lavoir sont toujours investis de nombreux artistes.


En savoir +

L’exposition Van Dongen au Bateau-Lavoir

Les Idylles créatrices du Salon des Beaux Arts

Suzanne Valadon, autoportrait, 1893

 

Si une artiste muse a fait tourner les toiles et les têtes à la Société Nationale des Beaux Art, il s’agit sans aucun doute de Suzanne Valadon. Mère de l’artiste Maurice Utrillo, et elle même peintre de l’École de Paris. Elle fut l’une des premières femmes à intégrer le mythique Salon des Beaux Arts, la Société Nationale des Beaux Arts devenant de ce fait le premier salon officiel à se déclarer ouvertement « féministe » et ce, dès son ouverture. Elle y exposa pendant de nombreuses années et fut l’un des sujets de prédilection du tout Paris artistique, de Pierre Puvis de Chavannes à Henri de Toulouse-Lautrec en passant par Erik Satie.

Aujourd’hui l’œuvre de Suzanne Valadon compte parmi les collections de prestigieuses institutions dont le Musée d’art moderne de Paris, le Musée des Beaux-Arts de Lyon ainsi que celles du Metropolitan Museum.

Henri de Toulouse Lautrec, Gueule de bois (Suzanne Valadon), 1888

Le palmarès du Salon des Beaux Arts 2017 : un rond-point d’émotions

  • Clic sur l’image pour voir le diaporama en plein écran

Approchez-vous de chaque œuvre apparemment muette, et percevez sa musique intérieure, chanson douce ou violente, paisible ou provocante, secrète ou accueillante. Certaines réalisations plus discrètes, désirent une écoute singulièrement attentive.

 

Continuer la lecture de « Le palmarès du Salon des Beaux Arts 2017 : un rond-point d’émotions »