Rencontre avec Solweig Mary, experte en communication digitale fondatrice de l’agence Digitalis

Portrait de Solweig Mary par Iconographia
©Iconographia

Solweig Mary est experte en communication digitale. À L’occasion de ses 160 ans, la SNBA célèbre le monde de la culture et les personnes qui le font. Découvrez notre échange avec Solweig Mary et apprenez-en davantage sur son parcours, son métier, ses inspirations.

Quelle(s) expérience(s) et quel(s) chemin(s) vous ont menée à devenir experte en communication digitale ?

Aller au musée est une expérience à part entière comme disait mon professeur de sémiologie… C’est à la suite d’une visite au Centre Pompidou lors de mes études que j’ai décidé de créer un compte Instagram pour partager mes expériences muséales à la manière d’un journal de bord. Grâce à cela, j’ai été invitée dans de nombreux musées pour des visites privées et j’ai développé mon activité. Puis, c’est après mon expérience à la tête des réseaux sociaux de la tour Eiffel que j’ai lancé mon agence social media & influence, Digitalis.

Comment définiriez-vous votre métier ?

Je suis Social Media Strategist & Manager, j’accompagne les acteurs de l’art, la culture et la science sur les réseaux sociaux, et plus largement le numérique, en proposant une vision à la fois stratégique et opérationnelle. Les stratégies que je conçois mettent l’accent sur l’aspect social et expérientiel des réseaux sociaux. Parmi les clients de l’agence se trouvent des institutions, des fondations, des entreprises privées et d’autres agences. J’espère cette année avoir l’opportunité de collaborer avec une galerie ou une revue spécialisée !

Quelle partie préférez-vous dans votre travail ?

Je suis déjà très heureuse d’avoir créé mon propre métier. J’aime son aspect stratégique et créatif : jouer avec les codes des réseaux sociaux, leurs formats et proposer des expériences sociales nouvelles. Malgré mon quotidien chargé, je suis pleinement épanouie et passionnée par ce que je fais car j’y trouve du sens. Par exemple, je veille particulièrement à ce que mes stratégies résonnent avec l’actualité les enjeux contemporains.

Quel(s) projet(s) vous a le plus marquée ?

Question difficile…, mais je dirais la 17e édition de la Nuit européenne des musées. Après plusieurs mois de travail et d’investissement pour engager les communautés, je suis fière des activations différenciantes auxquelles j’ai contribué (vidéos d’ASMR tournées au sein de musée en partenariat avec le YouTuber Paris ASMR (248 000 followers), jeu de piste digital, filtre Instagram…).

Je pense aussi au 130e anniversaire de la tour Eiffel, à la refonte de la stratégie réseaux sociaux du Frac Centre-Val de Loire, à la gestion quotidienne des réseaux sociaux du Muséum national d’Histoire naturelle depuis 2 ans et demi. Tous ont beaucoup influencé mon parcours professionnel.

Quelles sont vos inspirations ?

Je suis une passionnée de l’histoire naturelle et de tous les ponts qui existent entre l’art et la science. Pour moi, ces deux domaines sont très liés. J’aime croire qu’ensemble ils peuvent faire évoluer les mentalités et servir durablement notre société. Dans la nature comme dans l’art, je voue une certaine fascination pour les fleurs, que Darwin décrivait comme un “abominable mystère”. On le comprend aisément au nom de mon agence “Digitalis”, en référence à la digitale, dont l’histoire a impacté les sciences et l’art. La botanique est une très grande source d’inspiration !

Quel(le)s artistes vous inspirent ?

Anna Atkins, Mary Delany, Natacha Birds, Sabrina Ratté, Jérémy Gobé (sauver les coraux grâce à la dentelle)…

Votre dernière exposition coup de cœur ?

« Les Origines du Monde » au Musée d’Orsay.

Les lieux où nous pourrions vous croiser ?

Le Jardin des Plantes et ses galeries, Deyrolle, le Musée de la Chasse et de la Nature, dans des jardins de châteaux ou à la montagne, au beau milieu de grands espaces.

En quoi ces inspirations vous portent-elles dans votre quotidien d’experte en communication digitale ?

Des idées, du sens et de l’évasion ! Si les réseaux sociaux demandent du concret (chiffres, statistiques…), l’univers que je crée autour de Digitalis me permet de me rattacher à cette bulle d’inspiration et à nourrir ma fibre artistique. Concernant le sens, je me sens très concernée par le futur de notre planète et suis convaincue que le numérique et les réseaux sociaux peuvent jouer un rôle important dans sa préservation. Utilisés correctement et consciemment, ils peuvent être très puissants.

Et si vous étiez une œuvre, un moment ou un mouvement ?

Je serais probablement une nature morte ou une peinture de fleurs —pour tous les symboles que cela peut représenter. Dernièrement, j’ai eu un coup de cœur pour ce tableau de Rachel Ruysch : « Roses, Convolvulus, coquelicots et autres fleurs dans une urne sur un rebord en pierre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.